Première étape : diriger notre pensée

La première étape de méditation de santé consiste à apprendre à diriger notre pensée. Diriger notre pensée consiste à la replacer à son état de simple outil.
Nous constatons en effet dans un premier temps qu’il n’y a que rarement quelqu’un qui pense en nous. C’est plutôt comme si nous étions habité, traversé par un flux incessant de pensées que nous n’avons pas invités. Ces pensées, de façon automatique déclenchent alors d’autres pensées.C’est ce que j’appelle nourrir les pensées.

Des millions de pensées nous traversent chaque jour sans que personne ne les ait invitées.
Nous pensons à propos de ces mêmes pensées en croyant que ces pensées expriment ce que « nous » pensons et en disant « je pense ».

 

Le folie ordinaire

C’est ce que j’appelle la folie ordinaire car en réalité, il n’y a personne qui pense dans ce mécanisme.
Constatant cela dans l’assise plus ou moins calme, nous constatons comment ces mêmes pensées sont créatrices d’émotions. Comment elles sont créatrices de souffle amoindri, de tensions et douleurs physique. Nous en faisons l’expérience en direct. Nous faisons connaissance avec notre folie ordinaire, nous apprenons à nous connaître.

A ce moment, il nous importe de reprendre les commandes et de faire de notre pensée un bon outils? En effet, nous ne sommes pas nés pour être les outils de nos pensées.

Meilleure capacité de concentration, d’attention, de mémoire et de présence, détente et relâchement, amplitude respiratoire spontanée, meilleure connaissance de soi et des origines de nos souffrances, douleurs, harmonie corps-esprit, meilleur dynamisme, diminution du stress, de l’anxiété, des états dépressifs, du fatalisme sont quelques uns des bénéfices de cette étape de méditation-santé.