Le clearing, c’est quoi ?

La première étape nous aura conduit à davantage de calme, de détente. Cela nous permet davantage de conscience des déséquilibres qui voilent notre nature de santé. Ce qui est décrit comme une deuxième étape, le clearing peut être introduit au cour de n’importe quelle autre étape. Il peut aussi être utilisée comme un outils de guérison à part entière.

Cet outils vise l’élimination, la transformation des schémas source de déséquilibre et de douleur. Il est efficace autant en ce qui concerne nos troubles physiques, psychiques ou spirituels (qui ne sont pas séparé dans notre vision holistique de la santé).

 

Source :

Inspirée d’Immunics, des travaux de Sophie Merle, Deepak Chopra, Dr Bruce Lipton, Rupert Sheldrake et bien d’autres, elle repose sur la reconnaissance de l’infini pouvoir qui nous anime. Elle est la force de l’intention que nous utilisons inconsciemment en permanence pour le meilleur ou pour le pire. C’est cette force qui aurait pu conduire dans les années 1950 un marin enfermé dans une chambre froide à mourir de froid alors que la chambre n’était pas branchée. Tous les symptômes d’une mort par hypothermie étaient là.

 

Greg Braden, Barnes Bayard (Immunics), Sophie Merle ( je commande) et tant d’autre ne parlent que de la même chose. Nos pensées, nos croyances, nos façons de nous penser et de penser le monde créent notre réalité. « Nos pensées nos croyances » ou plutôt celles que nous prenons pour nôtres.
Nous sommes les héritiers de millénaires d’inconscience que nous transmettons avec la même inconsciente à nos descendants. L’attention conscience nous permet de m’être en lumière nos automatismes de pensées ou d’action, de nos stupidité. Comme nous nous jugeons de moins en moins et avec de moins en moins d’inconscience, nous avons de moins en moins peur de voir et d’accueillir notre stupidité et les stupidités du monde qui nous entoure.

Un coup de baguette magique est à ce moment là bien venu qu’elle s’appelle « Immunics », « TAT », « je commande » ou le « clearing ».

 

Comment ça marche :

Lors de la méditation, nous pouvons employer cette technique lorsqu’un blocage, quelque chose qui nous semble pathologique ou un fort état de dispersion apparaît.

Lorsque je prends conscience d’un déséquilibre et que mon attention consciente ne suffit pas à le transformer, je décide simplement de le détruire. Je le transforme, de le remplace et J’installe ce dont j’ai besoin à la place. C’est très proche de ce que Greg Braden appelle la prière active.

 

Par exemple, je prend conscience de schéma de violence, de honte, de dévalorisation ou simplement d’une douleur physique en moi. Pas besoin de me juger, de me dire  » mon dieu quelle horreur je suis », « que je suis nul » ou « combien je souffre ». J’observe ce dont je prend conscience et lui donne mon attention. Je fais ce qu’en général nous ne faisons pas : j’accueille cette chose en moi. L’accueillant, lui donnant mon attention, j’en fait connaissance, je me l’approprie, j’en voit les causes et les ramifications.

J’envoie par le scalpel de ma pensée l’intention de détruire, supprimer, remplacer ce déséquilibre. J’observe alors comment ça résonne, comment ça répond en moi.

Et le corps répond : ce peut être un mouvement des doigts, un souffle différent, un frissons. Chaque organisme a sa façon de répondre. Cette étape est essentielle : il ne s’agit surtout pas de rester dans le mental, dans le domaine des croyances. Il s’agit d’écouter et de ressentir.

 

En bref :

Acceptant de regarder sans jugement ce qui nous trouble ou nous gêne, nous prenons la décision d’intervenir.

Nous intervenons, puis observons de nouveau.

Observant, nous décidons de la suite et agissons éventuellement de nouveau.

Puis nous reprenons notre écoute active et attentive.

 

 

Il n’y a pas de règle prédéfinie de comment le changement va se ´manifester :

La connaissance de ce dont je souffre ou de ce qui me dérange évolue au fur et à mesure de mes interventions. Si tout ne disparaît pas forcément comme ça, un mouvement se fait et tout mouvement est source de transformation.

Nous sommes dans les lois de la physique quantique : l’observateur et ce qui est observé sont liés.

Il peut y avoir une réponse immédiate du corps , un relâchement musculaire, une douleur qui disparaît.

Parfois, quelque chose de récurant nous demande d’y repasser, encore et encore. Un phénomène d’usure se produit pendant lequel notre conscience grandis au fur et à mesure de notre exploration. Ce peut être valable pour les états émotionnels par exemple.

Parfois, nos façons de percevoir, d’interpréter nos difficultés évoluent. Alors, la conscience de nos résistances à la guérison et de leur cause s’impose à nous. Nous allons entendre parler d’une technique qui va nous aider, nous allons lire un article ou un livre qui nous aider, nous allons comprendre différemment notre problème. D’autres fois, nous allons enfin décrocher le téléphone et prendre rendez vous avec notre Medecin ou commencer une nouvelle activité corporelle ou énergétique.

 

Utilisation du clearing :

Cet outils fait partie intégrante du système « méditation de santé « . Il s’utilise aussi comme outils thérapeutique indépendant lors de séances en face à face, ou en groupe, lors de rondes de guérisons. Comme toute technique énergétique, le groupe décuple les effets des outils utilisés.

Dans le cadre de méditation de santé, nous l’employons à tout moment lorsque quelque chose qui trouve notre capacité de présence ne disparaît pas de lui même.

Nous avons juste à veiller que le mental ne s’en empare pas pour nous sortir de la méditation.